CHINA NOVA : A propos de celles qui portent (au moins) la moitié du ciel

Cet article accompagne l’enregistrement de l’émission Néo Géo Nova du 14 mai 2023 sur Radio Nova, mais n’a finalement pas été publié sur le site de la radio. Je le reproduis donc ici.

Il y a quelques mois, dans le dernier Mag d’ici et d’ailleurs consacré à la musique chinoise, nous nous étions déjà fait la remarque : les sept titres de notre playlist ne comptaient qu’une seule chanteuse et encore, il nous fallait reconnaître qu’elle fait partie d’un duo. Quelques mois plus tard, après un rapport du CNM qui étrille le déséquilibre des genres qui existe également la musique française, revenons sur cette problématique. Pour que nous aussi, à NOVA, on rééquilibre enfin la balance.

En Chine, la construction du régime communiste a été portée par un idéal profondément égalitaire. Mao Zedong indiquait ainsi que « quoique les camarades hommes puissent faire, les camarades femmes le peuvent aussi ». Et pourtant, force est de constater que lors de du dernier congrès du PCC, il est bien difficile de compter les femmes présentes dans l’assemblée. Celles-ci ont beau porter la moitié du ciel, il semblerait qu’en Chine aussi la société soit foncièrement patriarcale et inégalitaire.

Il ne faudrait toutefois pas imaginer que derrière un tel constat se cache une inaction particulière : après l’incident de Xuzhou, ou bien celui de Tangshan, les internautes chinois.e.s se sont largement mobilisé.e.s pour exprimer leur colère. Depuis l’arrestation des Feminists Five en 2015, le mouvement bouillonne malgré l’exacerbation d’un nationalisme et d’un néolibéralisme qui s’oppose à tout progressisme. Les collectifs féministes chinois s’organisent désormais sur les réseaux sociaux, se retrouvent aux avant-postes des contestations sociales récentes et, constamment empêchés, réclament aujourd’hui encore plus que par le passé : les droits civiques et les droits LBTG+ entre autres.

Alors, pour accompagner ces mouvements et repenser la place des femmes en musique, à NOVA on a décidé de jouer une sélection d’artistes féminines de Chine, entendue au sens large, avec sa diaspora et les descendants d’immigrés.

Monday – Leah Dou (2023) ft. Lionman

Le single “Monday” marque le retour de l’enfant prodige, fille de l’actrice et chanteuse de canto-pop la plus connue au monde, Faye Wong, et du rockeur Dou Wei. Née en 1997, l’histoire dit que sa maman l’aurait enregistré pour l’intégrer sur ses morceaux dès l’âge d’un an ! Pas étonnant donc que, quelques années plus tard, on la retrouve sur le devant de la scène avec son propre label indé (Grey Waters) et des projets plus ensoleillés les uns que les autres. Pour le dernier en date, Chunyou, l’enfant rebelle de la mandopop abandonne la coupe à la garçonne et le tatouage au menton, pour proposer une ballade nostalgique et rafraîchissante dans le monde pop des années 1990.   

Fortuna – Lexie Liu (2022)

Lexie Liu a elle aussi le profil d’une star internationale depuis le plus jeune âge. Née à Changsha, elle fait sa première apparition remarquée sur un show coréen, puis sur les planches du désormais célèbre The Rap of China. On la voit sur la scène de SXSW dès 2017, puis elle signe sur le label américain 88 Rising et devient l’égérie de la marque de luxe Miu Miu. Bref, de son parcours, Lexie a conservé la tradition culturelle chinoise et un goût prononcé pour les univers de science-fiction. Dans Fortuna, elle développe une hybridité assez originale en alliant des références à l’ésotérisme de la civilisation égyptienne, la taromancie et des passages chantés en espagnols. Et pourquoi pas.

Mo Jia Dai – Vinida Weng (2022)

Son producteur Harikiri annonçait ainsi la couleur : « c’est la première fois depuis longtemps que je fais un projet que j’écoute en boucle moi-même. » Et dès les premières notes, on comprend pourquoi. Mo Jia Dai fgure sur l’album One Life Only, le premier projet entièrement afrobeats sorti en Chine. Vinida Weng, une des grandes figures du rap jeu chinois, se saisis de son dialecte du Fujian maternel, pour rapper un morceau unique … et même magique. Une fois les paroles traduites, on peut s’apercevoir d’une finesse d’écriture sans pareil au service d’un message qui réchauffe le cœur : ne t’inquiète pas papa, je suis devenue une femme forte. 

Dew – CXCX Chuchu (2019)

Grand écart complet, direction le Danemark où opère une autre rappeuse, sino-danoise cette fois-ci, CXCX Chuchu. Elle, qui a fait ses classes dans l’underground canadien de Vancouver, s’empare désormais du micro depuis Copenhague. Son dernier projet, un deux-titres intitulé « Poison / Medicine », ravira particulièrement les amateurs de rap à guitares et à micros saturés. Pour notre part, on a choisi un vieux morceau sorti sur Yellow Tape quelques années plus tôt. Dans Dew, CXCX fait part de sa jeunesse un peu paumée, puis revient dans un deuxième couplet pour mettre les choses au clair. On aime particulièrement cette assurance sans compromis.

Pockiez – Awkwafina (2018)

A celles et ceux qui l’ont découverte dans Shang-Chi ou The Farewell (pour lequel elle gagne un Golden Globe tellement mérité), sachez qu’Awkwafina était cool avant d’être actrice. En 2012, son premier rap « My Vag » fait du bruit et pour cause, c’est une ode à son vagin : « Awkwafina is a genius / and her vagina is 50 times better than a penis ». La messe est dite, les deux pieds sur terre et avec un humour décapant, la fille d’un sino-américain et d’une coréo-américaine embrasse un féminisme de guerre teinté du bling-bling états-unien. Dans Pockiez, un s/o bien placé aux célèbres biscuits japonais, Awkwafina remet le couvert et détruit le game en deux ou trois punchlines, pour le plus grand bonheur des auditeurs : « I’m educatin’ / Killed a dude off while menstruatin’ / Yeah I don’t need a dick when I penetrate / Never hesitate when I devastate them. » 

Modified Goddess – Kaishandao (2023)

On finit sur un tout autre registre avec Kaishandao, artiste multi-casquette et figure centrale de la scène musicale live de Chengdu, capitale du Sichuan, des pandas et du rap chinois. Impossible de lister toutes les activités de cette néo-zélandaise d’origine : quand elle n’est pas programmatrice d’une salle de concert, elle est derrière les platines d’un club, d’un festival, d’un petit bar ou bien en train d’organiser un nouveau live de la Chengdu Community Radio (CDCR). Avec Modified Goddess, Kaishandao signe son retour sous l’auspice d’un triptyque décoiffant : elle définit ses inspirations comme émanant du « délirium du dancefloor, de la confusion collective et des vidéos de yoga mattées en accéléré ». Cliquez donc sur le lien, vous ne regretterez pas le voyage.

BONUS : 她们 (Elles) – Zheng Xiaoqiong

Si l’on parle des artistes féminines chinoises et que l’on s’accorde à reconnaître la proximité qui existe entre musique et poésie, alors on ne pouvait pas passer à côté de ce recueil de poèmes publié récemment et intitulé Chronique d’un produit. Dans « 她们 » (prononcez tamen), Zheng Xiaoqiong dresse le portrait de ces femmes oubliées, travailleuses migrantes qui sont obligées de partir loin de chez elles et de travailler à l’usine dans des conditions terribles pour subvenir aux besoins de leur famille. Zheng est elle-même une poète-ouvrière. Pendant des années, elle a vécu loin de son Sichuan natal pour travailler sur des lignes d’assemblage, écrivant de la poésie à la nuit tombée, dans les toilettes éclairées d’un dortoir de sept femmes. Particulièrement tristes et beaux à la fois, ses poèmes sont une trace de la place dégradée des femmes que l’on ne voit pas et qui, pourtant, portent elles-aussi la moitié du ciel.   



Citer ce billet
Grégoire Bienvenu (2023, 3 juin). CHINA NOVA : A propos de celles qui portent (au moins) la moitié du ciel. Chengdu Rappers. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/md2x

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search